[creation site internet] [logiciel creation site] [creation site web] [le casernement]
[le casernement]

évent d'aérage

baie pour lanterne

magasin à poudre

  

Modèle 1874 de 3ème catégorie il comprend :

            - un vestibule d'accès.

            - une chambre à poudre voutée de 12m75 de long 6m de large 4.90m de haut.

            - une chambre d'éclairage.

            - un caveau sous un vide sanitaire (tampon d'accès découvert en 2007) une gaine d'aréage, à l'ouest.

            - une galerie de circulation, à l'est, faisant office de gaine d'asséchement, et de zone de stockage des obus en attente de chargement.

            - un paratonnerre sur le dessus (dont la tige amovible est enlevée en temps de guerre).


L'entrée se fait par trois portes successives :

            - la première donne dans le vestibule,

            - les deux suivantes donnent dans la chambre à poudre :

              . l'une en bois doublée de tôle ouvre vers l'extérieur avec 3 serrures dont les clefs sont détenues par le commandant du fort, le                commandant de l'artillerie et le comptable des munitions.

               . l'autre s'ouvre vers l'intérieur, gonds serure, pentures, sont en bronze pour éviter les étincelles.


Au sol, chevrons lambourdes et parquets sont maintenus par du goudron et des clous en cuivre. Aux murs d'entrée et du fond se trouvent huit évents d'aérage pour la ventilation de l'ensemble. Sur le mur du fond apparaissent trois baies pour lanternes d'éclairage et une fenêtre de puits de lumière avec un réflecteur orientable situé dans la chambre d'éclairage.


La poudre noire est stockée dans des barils en bois, puis dans des caisses de zinc doublées de bois de 50kg, elles sont empilées sur plusieurs rangées dans le sens de la longueur à raison de 4750kg par mètre linéaire. Seul le comptable des munitions et ses aides sont habilités à entrer dans la chambre : ils se seront préalablement équipés dans le vestibule (bourgerons, sabots, aucun objet métallique).


La manutention des caisses obéit à des règles strictes qui ne laissaient aucune place à l'improvisation : elles sont classées par lots. Pour leur gestion et leur suivi administratif, le sous-officier comptable dispose, pour lire le numéro des caisses, d'un ustensile (perche et miroir) qui permet de renvoyer la lumière des baies vers les caisses : ce matériel porte le nom de "miroir à barbe".


Il semblerait  que, dès l'appartion des magasins sous roc, le magasin à poudre ait changé de vocation et soit devenu, une mise en peinture aidante, un foyer pour la troupe, une salle de loisirs-spectacles ou une salle de réunion ? de plus, un reliquat d'estrade est visible au fond à gauche.

retour