[creation site internet] [logiciel creation site] [creation site web] []
[le casernement]

La Manutention

Ce terme regroupe l'ensemble des locaux et opérations touchant à la fabrication du pain, il s'agit :

  • du pain biscuit (en blé tendre),
  • du pain de guerre (mélange de farine tendre, de levure fraîche et de sel, qui donne une mie blanche très poreuse).
  • du pain de munition, ou pain du roi à partir de 1895 (farine blutée à 20 % en pain rond de 1.5Kg soit 1/2 boule par homme et par jour, ce qui correspond à une ration).


Au fort, elle se compose donc :

  • à la construction : d'un fournil avec un four à 200 rations et un four mobile extérieur démontable (système Godelle à 200 rations).
  • en juin 1879, une nouvelle organisation a été mise en place :

                  - le premier fournil est conservé pour un élément de sûreté à effectif réduit,

                  - Le four extérieur est abandonné et un nouvel ensemble est créé dans les 2 chambres sous-officiers donnant dans la cour principale ; il comprend :

  • 1 fournil avec :

                  - 1 four Lespinasse au bois et à la houille d'une capacité de 200 à 400 rationnaires. C'est un four permanent (fourneau à gauche de l'âtre et dont la flamme pénètre dans l'intérieur de la chapelle),

                  - 1 réduit à levain,

                  - 1 pétrin pour 300 rations (pétrissage à bras d'homme),

                  - 2 meubles pour le levage et le stockage des panetons,

                  - 1 marmite à eau chaude,

                  - 2 tables mobiles,

                  - sur les piedroits, quelques pesons et balances à plateaux,

                  - au plafond, quelques pelles en bois (pour enfourner et défourner le pain),

                  - sur le devant, l'outillage nécessaire au fonctionnement du four (rouable, fourgon, écouvillon, racloir, étouffoir).

  • 1 paneterie avec :

                  - 2 étagères à pain pour 600 rations chacune, déposées pendant 24 h à la sortie du four,

                  - 1 réserve de farine et 1 de charbonnettes,

                  - 1 table mobile,

                  - quelques lits pour le personnel,

                  - 2 chariots Poupart pour le transport des panetons et du pain vers les planches à pain des casemates-logement de la troupe.


En service, la manutention comprenait donc 2 fournils et une paneterie :


Situation actuelle :

  

  • le petit fournil dénommé familièrement "petite boulangerie" est opérationnel à l'exception de la marmite à eau chaude,
  • le grand fournil ou "boulangerie de guerre" était dans un triste état, son four est en cours de travaux. Tous les gravats ont été déblayés. Les éléments métalliques qui le composent, ont été récupérés dans un autre ouvrage à l'abandon, grâce à l'Etat-Major de la Région Terre de Metz. Sa reconstruction est en cours.
  • la paneterie a perdu sa mission initiale. Elle est devenue une salle d'exposition, dédiée à la mémoire de notre ami Olivier Gaconnet, décédé au fort, en 2006, dans l'exercice de sa passion.

"boulangerie de guerre - le four en cours de travaux

"petite boulangerie"